Alimentation,  Coeur,  Corps,  émotions,  Environnement,  Esprit,  Sommeil

Manifeste pour une approche intégrative de la santé appliquée à l’endométriose

Temps de lecture : 12 minutes

Aujourd’hui, notre système de santé est de plus en plus inadapté à prendre en charge et à accompagner les personnes atteintes de maladie chronique. Celles-ci, et notamment les femmes atteintes d’endométriose, ont besoin d’une approche permettant à la fois un suivi médical, un soutien moral sur la durée et un travail sur l’équilibre et l’harmonie dans leur vie quotidienne entre corps, esprit et émotions.
L’approche intégrative apporte une réponse à ces besoins en alliant médecine allopathique et thérapies complémentaires. Considérant la personne malade comme un acteur important dans la gestion de sa santé et des soins qu’il reçoit, cette approche favorise des petites actions au quotidien pour maintenir ou rétablir la santé : alimentation, activité physique, gestion du stress et bien-être émotionnel.
L’approche intégrative met l’accent sur les capacités de résilience du corps et travaille sur les barrières pouvant bloquer la réponse innée de guérison du corps. Elle choisit d’employer des interventions simples et naturelles avant de passer à celles qui sont plus coûteuses et interventionnistes.
Présentation d’une approche de santé avec laquelle je suis complètement alignée pour retrouver un vrai mieux-être avec l’endométriose et des solutions qui existent pour en bénéficier !

Qu’est-ce que l’approche intégrative de la santé d’un point de vue général ?

Le terme « intégrative » vient du latin integrare qui signifie rendre complet, entier, unifier. L’expression médecine intégrative est utilisée pour désigner le recours simultané à la médecine conventionnelle et aux thérapies complémentaires (douces, non conventionnelles) dans le suivi d’un patient.

Le terme de médecine complémentaire (différent de celui de médecine alternative qui s’oppose à la médecine conventionnelle) recouvre un large ensemble de pratiques de soins (acupuncture, hypnose, sophrologie, homéopathie, ayurveda, naturopathie, médecine traditionnelle chinoise, yoga, chiropractie, massage, plantes, compléments alimentaires, etc.).

Les National Institutes of Health des Etats-Unis et la Cochrane collaboration les définissent comme : « un large domaine de ressources de guérison qui englobe tous les systèmes, modalités, et pratiques de santé, de même que leurs théories ou croyances, autres que ceux qui sont intrinsèques au système de santé politiquement dominant d’une société ou culture particulière à une période historique donnée. »

Ces médecines complémentaires peuvent être utilisées de manière autonome, ou en ayant recours à un praticien ou bien encore de manière autonome mais en étant supervisé.

La notion de « médecine complémentaire » renvoie à l’idée de traiter un patient dans sa globalité et non pas seulement de s’attacher à traiter un organe, un symptôme ou une fonction précise.

Aux États-Unis, cette approche intégrative de la médecine allopathique et de la médecine complémentaire a débuté dans les années 1930 en partant du constat qu’aucune approche touchant à la santé et au bien-être n’est suffisamment complète ni suffisamment bonne.

Une définition simple de l’approche intégrative de la santé

« C’est comment non seulement traiter une maladie, mais aussi s’intéresser aux mécanismes de guérison innés du corps pour les stimuler chez une personne ? Cette approche inclut la nutrition, l’activité physique, la gestion des émotions, les pratiques psychocorporelles, des approches globales. Cà dépasse donc notre cursus médical classique qu’il va falloir ouvrir. »

Tracy Gaudet, directrice médicale du bureau des soins centrés sur la personne et de la transformation culturelle, du département des vétérans américains

L’approche intégrative de la santé respecte la nouvelle définition de « santé » de l’Organisation mondiale de la santé selon laquelle « la santé est un état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ».

Cette définition est importante car elle prend en compte le ressenti de la personne et pas uniquement les résultats des examens médicaux ou les diagnostics des médecins. Ainsi elle se préoccupe autant du soulagement et du soutien du patient que de sa guérison.

L’approche de santé intégrative considère le patient comme un être unique et entier, dans ses dimensions sociales, spirituelles, psychologiques, communautaires et religieuses autant que biologiques et corporelles.

Elle va s’intéresser aux différentes facettes du mode de vie d’une personne pour s’assurer de son bien-être dans un objectif autant de prévention et de maintien de la santé que de rétablissement de la santé : alimentation, activité physique, relations sociales, gestion du stress et bien-être émotionnel, lien entre le corps et l’esprit.

Source : Vanderbilt Health

Ce qu’il faut retenir de l’approche intégrative de la santé

C’est une approche complète, globale, holistique qui privilégie l’ouverture à l’ensemble des disciplines œuvrant à connaître l’humain et à le soigner

L’approche intégrative de la santé encourage le travail de collaboration, non seulement avec le patient, mais aussi avec une équipe interdisciplinaire pour améliorer la prestation de soins.

Ainsi c’est une approche qui allie médecine allopathique et thérapies complémentaires. L’emphase est mise sur la coopération, l’union et l’intégration des approches, qui sont vues comme complémentaires, afin d’aider les patients à préserver leur santé en premier lieu ou à la recouvrer en second lieu.

Source : Clarion University

Les approches conventionnelles et complémentaires sont main dans la main pour aider la personne à préserver ou à retrouver un mieux-être voire un bien-être au quotidien L’approche intégrative de la santé intègre les meilleurs techniques et soins des approches scientifiques occidentales avec ceux des approches traditionnelles complémentaires, souvent de tradition orientale, qui se sont montrés efficaces depuis des milliers d’années.

C’est une approche centrée sur le patient

L’approche intégrative considère le patient comme un acteur important dans la gestion de sa santé et des soins qu’il reçoit.

C’est une démarche qui redonne le pouvoir à la personne sur sa santé plutôt que de la laisser entre les mains du corps médical et de se sentir complètement impuissant face à ce que la personne vit dans son corps au quotidien.

Cette approche permet ainsi de sensibiliser les personnes et leur montrer les clés de leur santé.

C’est une approche qui met en valeur l’importance de la relation et du soutien dans le cadre d’un parcours de soins

Elle voit la compassion comme toujours utile et plus largement elle encourage les soignants à l’empathie et à la compréhension de la culture du patient et de ses croyances pour favoriser la guérison. Dans ce cadre, elle encourage le thérapeute à ne pas montrer une attitude dogmatique ni paternaliste, tout en étant le spécialiste qui inspire confiance. Il montre une ouverture d’esprit.

C’est une approche qui permet de dépasser l’approche symptomatique pour travailler sur les causes de la maladie

La médecine conventionnelle s’est développée principalement autour du traitement des affections aiguës. La chirurgie, les médicaments, la spécialisation permettent aujourd’hui une approche protocolaire, souvent efficace pour traiter ces maladies.

L’utilisation des médicaments au long cours démontre de plus en plus ses limites pour les affections chroniques. Les médicaments luttent contre des réactions chimiques souvent physiologiques et n’ont aucune capacité de s’adapter à une physiologie humaine en constant mouvement. On ne peut pas non plus envisager d’opérer en permanence. L’approche intégrative permet de dépasser cette approche symptômatique et d’aller chercher les causes de la maladie en s’intéressant à tous les domaines de vie du patient et à ce qui pourrait potentiellement agit sur sa maladie au-delà des causes physiologiques qui apparaissent à première vue.

C’est une approche très adaptée aux maladies chroniques

Les maladies chroniques nécessitent de redonner une physiologie opérationnelle à l’esprit et au corps pour les remettre dans une dynamique de vie. Ceci nécessite des consultations longues, une approche multidimensionnelle et individualisée, un soutien régulier du patient et une prise en charge du terrain avec des molécules et des soins qui sont le plus souvent des « pro » (« pour » en latin).

La difficulté est qu’aujourd’hui le système médical actuel est mal adapté pour soigner les affections chroniques : les consultations sont de plus en plus courtes et les protocoles de plus en plus standardisés. Les médicaments sont le plus souvent des « anti » ou des bloqueurs de la physiologie.

C’est une approche qui met en avant les capacités de résilience du corps : elle insiste sur l’importance de la prévention et la guérison possible du corps

L’approche intégrative met en exergue la prévention et le maintien de la santé en s’intéressant aux différentes facettes du mode de vie : alimentation, activité physique, gestion du stress et bien-être émotionnel.

Elle met l’accent sur la recherche et à la compréhension des processus de santé et de guérison ainsi qu’aux moyens de faciliter ces derniers et, dans ce cadre, recherche et lève les barrières pouvant bloquer la réponse innée de guérison du corps.

Elle choisit de privilégier des interventions simples et naturelles avant de passer à celles qui sont plus interventionnistes et coûteuses. Elle accepte que la santé et la guérison soient propres à chacun et puissent différer chez deux personnes atteintes de la même maladie (principe du traitement personnalisé et adaptée).

Sur le sujet, je vous propose de regarder le documentaire Heal (en français Les clés de la guérison) sur Netflix.

C’est une approche qui pousse les soignants et thérapeutes à exercer un rôle de modèle en prenant soin de leur propre équilibre de santé

Elle exige également du corps médical et des thérapeutes qu’ils agissent en tant qu’éducateurs, modèles de rôle et mentors pour leurs patients et dans ce cadre, elle encourage les soignants (médecins, corps médical ou thérapeutes) à explorer leur propre équilibre de santé, ce qui leur permettra de mieux intervenir en ce sens auprès de leurs patients.

Qu’est-ce que l’approche intégrative appliquée à l’endométriose ?

Une approche intéressante pour accompagner les femmes atteintes d’endométriose qui ont besoin de compléter l’approche médicale

L’endométriose engendre des douleurs chroniques qui peuvent parfois être aiguës. Elle peut affecter la qualité de vie des femmes de manière significative.

Le traitement peut être de recourir à l’hormonothérapie, pour diminuer les douleurs. Il peut être aussi être de recourir à la chirurgie car c’est le seul moyen de faire disparaitre les lésions d’endométriose.

Même si de nombreuses femmes retrouvent une qualité de vie suffisante sans douleur après une chirurgie ou grâce à l’hormonothérapie, ce n’est malheureusement pas toujours le cas.

La maladie peut aussi récidiver en particulier si la chirurgie n’a pas pu être optimale ou si les traitements hormonaux sont mal tolérés.

Par ailleurs, d’autres femmes peuvent, pour des raisons qui les concernent, ne pas vouloir avoir recours au traitement chirurgical ou hormonal et souhaiter tenter d’améliorer leur état de manière plus naturelle sans pour autant arrêter le suivi médical pour autant.

C’est dans ces différentes situations que l’approche intégrative est très intéressante pour les femmes atteintes d’endométriose.

L’endométriose est une maladie chronique et à l’instar des autres maladies chroniques, l’endométriose se caractérise par une série de symptômes que la médecine traditionnelle n’arrive pas forcément à traiter ou ne prend pas suffisamment en compte car ils sont « connexes » à la maladie. Pour l’endométriose, cela va être la fatigue, la digestion perturbée, les migraines, etc.

Dans le même temps, une maladie chronique se caractérise par des phases de rémission et de rechute qui peuvent nécessiter pour la personne qui les vit un accompagnement psychologique ou un accompagnement de soutien, d’aide et d’écoute réguliers.

L’endométriose, une maladie qui peut résulter d’un changement dans l’équilibre physiologique, biologique et psycho-émotionnel

L’approche intégrative repose sur l’idée que les maladies chroniques se produisent en raison d’un changement dans l’équilibre physiologique, biologique et psycho-émotionnel du patient. Et c’est souvent le cas des femmes atteintes d’endométriose qui ont des règles douloureuses depuis des années et à un moment donné, cette douleur devient intolérable. De même, pourquoi alors que 80 % des femmes ont un reflux de règles par les trompes, seulement 10 à 15 % d’entre elles développent de l’endométriose. Que s’est-il passé ? Il est vraiment intéressant d’aller regarder les différents domaines connexes pour potentiellement rétablir l’équilibre physiologique, biologique et psycho-émotionnel du patient.

Dans le cadre de l’endométriose, l’idée est d’aller regarder au-delà des lésions et de regarder l’impact de la maladie sur l’ensemble du corps : fatigue, problème de transit, émotions bouleversées (colère, tristesse, peur), croyances en lien avec la maladie : tous ces éléments peuvent avoir un lien important avec la maladie : la déclencher, l’entretenir, l’augmenter.

Quels sont les avantages d’une telle approche pour l’endométriose ?

L’approche intégrative permet de bénéficier du meilleur de la médecine allopathique et des thérapies complémentaires. Elle nous rappelle que la médecine peut faire des choses, apporter de nombreuses solutions mais que certaines fois ces réponses ne sont pas suffisantes et que lorsqu’elle est renforcée par une approche ou plusieurs thérapies complémentaires seule, les patientes trouvent un vrai mieux-être avec la maladie.

Avoir un soutien sur la durée au-delà de l’approche médicale

L’approche intégrative permet de bénéficier d’un soutien sur la durée qui n’est pas possible avec les rendez-vous médicaux de 20 minutes qui ont lieu une fois tous les six mois avec son gynécologue référent. Cela permet d’avoir une écoute attentive sur ce que l’on vit au quotidien, de pouvoir partager nos difficultés, nos souffrances. Ce partage et cette écoute sont indispensables dans le processus de mieux-être avec la maladie. Cela fait partie des choses que je vous propose quand je vous accompagne. Cette possibilité de déposer ce qui vous pèse, de parler, de vous confier à quelqu’un qui a vécu les mêmes choses que vous et qui peut comprendre. Nous prenons aussi le temps pendant 45 minutes à chaque rendez-vous.

Avoir du pouvoir sur sa santé et savoir que je peux me faire du bien de manière autonome

L’approche intégrative appliquée à l’endométriose permet à chaque femme qui se lance dans la démarche de devenir véritablement actrice de sa santé. Sur le sujet, je vous propose de lire l’article que j’ai écrit il y a quelques semaines sur le sujet « Peut-on parler de guérison de l’endométriose ? » dans lequel j’explique l’importance pour moi de s’investir pour aller mieux avec la maladie. Pour moi vivre mieux avec l’endométriose c’est un véritable état d’esprit et un mode de vie qui veut qu’on arrête de combattre la maladie, qu’on l’accepte en nous et que, par conséquent, on redirige l’énergie nécessaire au combat pour se donner les moyens d’aller mieux pour vivre avec la maladie et non en fonction d’elle.

Bénéficier d’un traitement personnalisé et adapté car chaque endométriose est différente

L’approche intégrative accepte que la santé et la guérison soient propres à chacune et puissent différer chez deux personnes atteintes de la même maladie (principe du traitement personnalisé et adapté). C’est particulièrement important dans le cadre de l’endométriose car il existe autant d’endométrioses que de femmes atteintes de la maladie et que les solutions qui peuvent marcher pour l’une d’entre nous ne fonctionnerons pas forcément sur une autre femme.

Comment bénéficier de l’approche de santé intégrative pour l’endométriose ?

Bien qu’ils ne portent pas forcément le nom de « santé intégrative », on voit poindre en France de premières ébauches de cette approche intégrative de la santé pour les femmes atteintes d’endométriose dans plusieurs villes : Paris, Lyon, Montpellier, Aix mais aussi à distance en visio grâce à l’association Femmes Endo&Co.

Et pour bénéficier d’un accompagnement intégratif et holistique plus personnalisé et plus longue durée, vous pouvez également avoir à un coach santé et bien-être dédié à la maladie. C’est ce que je propose.

Les programmes d’éducation thérapeutique du patient à Montpellier et Aix-en-Provence 

Les programmes d’éducation thérapeutique du patient sont un premier exemple d’approche intégrative de la santé pour l’endométriose.

L’éducation thérapeutique a pour objectif de fournir des outils aux femmes atteintes d’endométriose pour qu’elles puissent être actrices de leur pathologie, avoir les informations et les connaissances pour pouvoir prendre des décisions réfléchies pour leur parcours de soin. Elle est mise en place dans les structures médicales (type centre hospitalier universitaire ou clinique privée) avec la contribution obligatoire d’une « patiente experte » diplômée, et la validation des Agences régionales de santé qui soutiennent financièrement les structures concernées pour les faire fonctionner.

Ces outils sont proposés sous forme d’ateliers sur différents sujets, accessibles gratuitement pour les patientes et animés par des professionnels formés pour ces interventions : mieux comprendre l’endométriose, les mécanismes de la douleur, alimentation, sophrologie, hypnose, art-thérapie, aide pour les dossiers administratifs, activité physique etc…

Dans ces programmes, l’équipe est composée de différents professionnels de santé et de patientes experts, tous sensibilisés à l’endométriose et au retentissement qu’elle peut avoir sur la vie des patientes. Au sein de ses équipes, les médecins sont main dans la main avec d’autres acteurs de la santé et veillent ensemble au bien-être générale de la femme atteinte d’endométriose. Les équipes de ces programmes peuvent regrouper certes des médecins spécialistes de la maladie mais également des sage-femme, psychologue, kinésithérapeute, ostéopathe, naturopathe, coach santé et bien-être, acupunctrice, expert en micro-nutrition, diététicien, professeur de Pilates et toujours une ou plusieurs patientes experte  pour apporter un ensemble de réponses aux problématiques que vivent les femmes atteintes d’endométriose.

Ces programmes complets permettent d’offrir une prise en charge globale et pluridisciplinaire, symbole de cette approche intégrative de la maladie.

Aujourd’hui, deux programmes d’éducation thérapeutique du patient dédiés à l’endométriose existent en France :

A Montpellier : le programme « Mieux vivre avec l’endométriose » au CHU en lien avec l’association EndoFrance

Sans se substituer à la prise en charge gynécologique médicale et chirurgicale, les objectifs du programme sont de :

  • reconnaitre l’endométriose comme maladie chronique
  • informer sur les différents aspects de leur pathologie (évolution, douleur, fertilité)
  • améliorer la qualité de vie et l’autonomie des patientes vis-à-vis de l’endométriose, grâce à une aide complémentaire sur les plans alimentaire, psychologique, sexologique et de la gestion de la douleur. Cela se fait par le biais d’ateliers spécifiques : l’endométriose de A à Z, en parler, de la douleur à l’apaisement, alimentation et endométriose, initiation aux différentes techniques non médicamenteuses, couples
A Aix en Provence à la clinique Axium en lien avec l’association Endomind où des ateliers sont proposés pour permettre aux patientes de mieux vivre au quotidien avec la maladie.

L’association Endomind s’investit beaucoup pour le développement de ces programmes d’éducation thérapeutique.

Le programme Endomaîtrise à Lyon

Endomaitrise est un programme de prise en charge multimodale de l’endométriose initié par le Docteur Benjamin Cotte à Lyon.

Ce programme réunit une équipe de 15 praticiens en médecines douces et paramédical sensibilisés à l’endométriose afin de construire un programme de prise en charge adaptée et concertée pour accompagner les femmes dans la gestion de leur douleur et les aider à apaiser leur quotidien.

Les pratiques s’organisent autour de 3 grands piliers :

  • Alimentation : naturopathie ; prise en charge nutritionnelle ; diététique
  • Corps : activité physique adaptée ; chiropraxie ; ostéopathie ; relaxation périnéale
  • Gestion du stress : sophrologie ; soutien psychologique / haptonomie ; art-thérapie ; communication facilitée ; hypnoanalgésie / gestion du stress.

Des ateliers en visio permettant une prise en charge quotidienne autonome de l’endométriose par la femme atteinte de la maladie partout dans le monde

L’association Femmes Endo&Co organise des ateliers thématiques gratuits avec des acteurs de la santé et du bien-être qui ne font pas partie du corps médical afin de donner la possibilité aux femmes qui le souhaitent d’aborder la maladie sous un autre angle et potentiellement de trouver des solutions à leurs symptômes sur lesquels le gynécologue spécialisé n’apporte potentiellement pas de réponse : fatigue, gestion de la vie professionnelle avec la maladie, sport adapté, hypnose, émotions en lien avec l’annonce de la maladie ou avec un parcours d’infertilité. J’y donne régulièrement des ateliers : n’hésitez pas à consulter le programme et à vous inscrire ! C’est gratuit et vraiment utile dans votre vie quotidienne avec la maladie.

Un centre de référence qui propose une approche pluridisciplinaire à Paris : l’hôpital Saint Joseph

L’approche intégrative se développe notamment au centre de référence de l’hôpital Saint Joseph à Paris où au sein de l’équipe qui prend en charge les patientes on retrouve des médecins, une psychologue, une diététicienne, une sexologue, etc.

Comme vous le voyez, l’approche intégrative de l’endométriose se développe au profit des patientes qui trouvent ainsi un et un soutien pour mieux vivre avec la maladie.

Mon accompagnement plus personnalisé et plus longue durée pour mieux vivre avec la maladie

C’est aussi ce que je mets en place dans les accompagnements que je vous propose de manière beaucoup plus personnalisée et sur une durée plus longue que les accompagnements dans les programmes d’ETP ou dans les ateliers en ligne. Je souhaite que vous soyez vraiment soutenue et entendue dans vos difficultés individuelles.

Si tu souhaites savoir comment je pourrais t’aider pour améliorer ta qualité de vie en complément de l’approche médicale et chirurgicale, je t’invite à prendre un rendez-vous de découverte gratuit pour échanger ensemble.

Recevez les actualités ainsi que des outils et astuces pour mieux vivre avec l’endométriose au quotidien.
close

Envie de mieux vivre avec l'endométriose ? Abonnez-vous à la newsletter !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.