Alimentation,  douleur,  émotions,  Mémoires transgénérationnelles,  Sexualité

Quelles thérapies complémentaires pour réduire naturellement les symptômes d’endométriose ?

Temps de lecture : 15 minutes

Il me tient à cœur de rappeler l’importance d’allier la médecine traditionnelle et toutes les thérapies complémentaires qui permettent de soulager les différents symptômes de l’endométriose. Ces thérapies sont nombreuses et variées, elles touchent à la fois au corps physique par la modification de l’alimentation ou par la mise en mouvement de zones du corps qui peuvent avoir été immobilisées à cause de la maladie, mais aussi aux émotions et aux difficultés psychologiques liées à la maladie

A mon sens c’est extrêmement important, et même fondamental, de ne pas opposer les disciplines de santé pour permettre à chacune de retrouver un bien-être durable avec la maladie grâce à des méthodes qui lui conviennent tout en bénéficiant d’un suivi médical allopathique qui permet de voir grâce à l’imagerie l’évolution de la maladie et de gérer les urgences.

Sur le sujet, j’ai rédigé il y a quelques temps un article de blog dédié à la médecine intégrative et à ses atouts pour l’endométriose. La médecine intégrative est à mon sens, le futur de la santé et ce particulièrement dans le cadre de la prise en charge des maladies chroniques.

N.B. : Toutes les thérapies complémentaires proposées ci-dessous ne remplacent en rien une consultation avec un médecin. Elles sont complémentaires. Pour tout problème de santé, je vous invite à consulter un médecin.

La médecine allopathique ne reconnait qu’une partie des thérapies complémentaires au secours des douleurs et autres symptômes de l’endométriose

Dans le langage allopathique, ces thérapies complémentaires sont appelées « options thérapeutiques non médicamenteuses ».

Le document reconnait que « l’approche globale et pluridisciplinaire semble utile dans les soins à apporter aux patientes souffrant d’endométriose ».

Cependant, seules les prises en charge non médicamenteuses qui ont montré une amélioration de la qualité de vie peuvent être proposées en complément de la prise en charge médicale. Sont officiellement reconnues pour leur effet sur l’amélioration de la qualité de vie : la psychologie, la sexologie, les herbes chinoises dans certaines circonstances, l’ostéopathie, l’acupuncture et le yoga, la relaxation type Jacobson (contraction, décontraction musculaire).

Le document indique que :

  • « aucune donnée n’est disponible sur l’efficacité des différents régimes alimentaires »,
  • les plantes médicinales et l’aromathérapie n’ont pas été étudiées dans l’endométriose douloureuse ».

Source : Protocole National de Diagnostic et de Soins sur l’endométriose

Pour moi, l’expérience de chacune permet aussi de se faire son propre avis et il se trouve, que sur moi, l’alimentation a été un facteur déterminant de la réduction des douleurs… les tisanes et les huiles essentielles ont été et sont également d’un grand secours pour moi et je le remarque aussi chez les femmes que j’accompagne.

Les thérapies pour accompagner le mental et les émotions

Hypnothérapie

L’hypnothérapie permet de soulager ou de résoudre de nombreux troubles  et tout particulièrement les douleurs car elle a une action analgésique. L’hypnose désigne un état modifié de conscience proche du sommeil ou de la méditation. Cet état permet à la personne qui le vit d’approcher son inconscient tout en restant conscient du monde qui l’entoure. Lorsqu’un patient est en état d’hypnose, son esprit fait abstraction de tout ce qui l’entoure. Cet état provoque chez lui une hyperréactivité et une hypersensibilité à la parole de l’hypnotiseur. Ainsi, le patient perçoit les choses plus largement, dans leur ensemble et avec un certain recul. Le patient peut alors se confronter plus facilement à ses problèmes et les résoudre, calmer une peur ou modifier un comportement qui ne convient plus à sa vie.

Elle permet également de travailler sur des difficultés émotionnelles, des souvenirs douloureux, des mémoires transgénérationnelles, etc. afin de libérer le corps par la libération de l’inconscient.

Psychothérapie

La psychothérapie peut être utile lorsque l’endométriose vient agir sur notre équilibre psychologique et ce tout particulièrement à quatre moments clés dans lesquelles la maladie prend toute sa place :

  • lors de l’attente du diagnostic qui peut durer des années durant lesquelles les douleurs et les ressentis de la femme sont minimisées voire niées par le corps médical et l’entourage,
  • au moment du diagnostic pour gérer l’annonce et ses répercussions ;
  • lors de la vie quotidienne avec la maladie : l’endométriose peut être considérée comme un handicap invisible car les douleurs sont bien réelles mais non visibles. Les femmes doivent changer leur rythme de vie, renoncer à des sorties, être régulièrement absentes professionnellement et peuvent petit à petit se retrouver isolées. La vie sociale, la vie de couple et la vie intime sont également affectées.
  • et dans le cadre du désir d’enfant et d’un parcours d’infertilité : les femmes atteintes d’endométriose sont confrontées à la souffrance du désir d’enfant qui ne se réalisé pas et à toutes les inquiétudes du parcours de procréation médicalement assistée.

L’aide psychologique des patientes est essentielle tout au long du parcours avec la maladie : il doit servir à les rassurer, à les entendre et entendre leur douleur. La reconnaissance de cette souffrance est essentielle dans le processus psychologique des patientes. Ecouter ces femmes est un premier pas dans leur mieux être !

Sur le sujet des conséquences psychosociales de l’endométriose, je vous invite à lire l’article dédié : Comment gérer les conséquences de l’endométriose sur ma vie quotidienne et sociale ?

Sophrologie

La sophrologie est une discipline qui vise à retrouver l’harmonie entre le corps physique et le mental. Fondée sur la respiration et la relaxation, cette méthode naturelle permet de mobiliser ses propres capacités : calme, bien-être, confiance en soi. Elle dynamise de façon positive les qualités, les pensées et les ressources de chacun afin d’aider à mieux utiliser son potentiel.

La sophrologie permet de développer la réalité objective : voir les choses comme elles sont réellement, plutôt que d’être dans la supposition, afin d’être plus efficace dans l’action. Elle favorise une meilleure adaptation aux nouvelles conditions de vie en société. L’important est d’être à l’écoute de ses sensations et de ce que renvoie le corps.

Dans le cadre de l’endométriose, la sophrologie est particulièrement utile pour : 

  • soulager les douleurs : grâce à un travail sur les ressentis, la sophrologie offre la possibilité de diminuer l’intensité de ses douleurs et ainsi d’accroître le bien-être et la qualité de vie
  • aider les femmes à renouer avec leur corps : cette discipline permet à la patiente, par la détente musculaire, la respiration et la relaxation, de rencontrer et de développer la bienveillance vis-à-vis de son corps et ainsi de dépasser la douleur et la maladie, au-delà du lien avec la douleur et la maladie, par la relaxation, la détente musculaire et par la respiration.
  • réduire le stress et améliorer le sommeil : bien souvent, l’endométriose place les femmes atteintes de la maladie dans des situations d’inquiétude, d’angoisse et de stress. Le stress a tendance à renforcer la sensation de douleur et les autres symptômes. La sophrologie permet une véritable gestion du stress au quotidien.

Sexologie

Un sexologue peut être un médecin ou un psychologue, qui a suivi un diplôme universitaire de trois ans de spécialisation : le DIS (diplôme interuniversitaire en sexualité humaine et/ou sexologie).

Le sexologue s’intéresse à la sexualité et de ses troubles, mais aussi aux comportements amoureux, à la forme sociale des rapports sexuels, aux rapports entre la sexualité et la culture, aux déviations sexuelles. Il s’adresse à toutes les personnes qui présentent des problèmes sexuels qui les mettent en difficulté dans leur couple et dans leur vie personnelle.

C’est une discipline qui peut être intéressante quand on est atteinte d’endométriose car le principal  symptôme de l’endométriose est la douleur et notamment leurs lors des rapports sexuels (dyspareunies).

Les thérapies pour soulager le corps

Phytothérapie

La phytothérapie est le traitement des maladies par les plantes ou leur extrait.

Elle permet d’aider à soulager les douleurs d’endométriose en agissant à la fois sur l’inflammation et sur l’équilibre hormonal qui bien souvent est perturbé et tend vers l’hyperœstrogénie pathologique.

Elle peut également agir sur les états de fatigue, de stress ou de difficulté de sommeil.

Pour en savoir plus : Remèdes naturels pour faire face à l’endométriose, Plantes et Santé

Aromathérapie

L’aromathérapie désigne le fait de soigner une maladie par le biais des huiles essentielles.

Pour l’endométriose, les huiles essentielles peuvent aider à réduire les douleurs en agissant à la fois sur l’inflammation et sur les spasmes.

Elles vont également aider à améliorer le sommeil, réduire le stress, etc.

Alimentation

Naturopathie

Comme la médecine traditionnelle chinoise et l’ayurveda, la naturopathie est une médecine traditionnelle très ancienne.

La naturopathie est une médecine holistique, qui prend en considération tous les aspects de la personne et cherche à agir, non pas sur le symptôme, mais sur la cause. En ce sens, plus qu’une « méthode » qui soigne, la naturopathie prévient. Son but est de maintenir le corps en bonne santé et de toujours adapter son hygiène de vie et son alimentation, entre autres, à ses faiblesses passagères ou chroniques afin d’optimiser les réflexes de guérison du corps.

La naturopathie permet de soulager les symptômes de l’endométriose par différentes méthodes : la nutrition, la gestion du stress, la mise en place d’une activité physique régulière, l’aromathérapie et la phytothérapie, etc.

Nutrition & diététique

Ces deux disciplines s’intéressent à l’alimentation équilibrée. Elles étudient l’ensemble des règles qui doivent régir l’alimentation de l’être humain. Elle sont parfois qualifiées de « science qui analyse les rapports entre la nourriture et la santé ». Ces disciplines sont un moyen pour préserver ou améliorer sa santé et cela est vrai pour l’endométriose.

Un-e diététicien-ne ou un-e nutritionniste accompagne la femme atteinte d’endimétriose dans la mise en place d’une alimentation adaptée à la maladie. L’idée est que l’alimentation permettent d’aider à la diminution des douleurs, des troubles digestifs, de la fatigue. Les bénéfices apportés par un changement alimentaire varient d’une femme à l’autre. Pour être pleinement efficace, la prise en charge doit être personnalisée, progressive et adaptée à vos besoins.

Micronutrition

La micronutrition consiste à satisfaire les besoins en micronutriments de l’individu par une alimentation diversifiée, associée si nécessaire à une complémentation personnalisée. Elle trouve ses fondements dans les recherches effectuées sur les liens avérés entre alimentation, santé et prévention.

La micronutrition s’intéresse à l’impact des micronutriments sur la santé et vise à optimiser le statut en micronutriments de l’organisme de manière individualisée. Elle choisit donc de regarder les précieuses molécules qui se trouvent dans notre assiette et la façon dont notre organisme les utilise. Elle prend toute sa dimension aujourd’hui avec une alimentation qui se caractérise par l’augmentation de l’apport calorique (« les calories vides ») au détriment de la densité en micronutriments.

Schématiquement, on retrouve dans nos aliments :

  • des macronutriments qui fournissent l’énergie et la force nécessaires à l’organisme. Ce sont les lipides, les glucides et les protéines
  • des micronutriments qui ne jouent aucun rôle énergétique mais dont le rôle est fondamental pour le fonctionnement de l’ensemble des métabolismes. Ce sont les vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides gras essentiels mais aussi les flavonoïdes, acides aminés, probiotiques, etc. Tous ces éléments donnent la valeur nutritionnelle de l’assiette.

Dans le cadre de l’endométriose, prendre soin de son alimentation en se concentrant sur la qualité de ce que l’on mange et les micronutriments que contient notre nourriture permet à la fois de réduire l’inflammation et donc les douleurs, de réduire la fatigue et d’augmenter la fertilité.

Dans tous les cas, il est indispensable d’avoir une approche personnalisée et individualisée en fonction de la situation et des symptômes de chacune. Ce qui a fonctionné pour l’une ne fonctionnera pas forcément pour l’autre. Les conseils sur Internet sont utiles mais insuffisants. Je vous recommande de vous faire accompagner par un-e spécialiste : naturopathe, nutritionniste ou diététiticien toujours spécialiste de l’endométriose.

Coaching santé & bien-être

Aujourd’hui, le système de santé français est de moins en moins adapté – pour des raisons de temps et des raisons budgétaires – à prendre en charge et à accompagner les personnes atteintes de maladie chronique et parmi elles, les femmes atteintes d’endométriose.

Le coaching, qui a montré son efficacité dans de nombreux domaines lorsqu’il s’agit d’accompagner le changement, propose des outils et des méthodes d’intervention qui se prêtent particulièrement bien aux objectifs de santé dans l’accompagnement des femmes atteintes d’endométriose.

Le coaching santé et bien-être permet aux femmes atteintes d’endométriose de redevenir maitresse de leur santé et d’avoir les outils nécessaires pour mieux vivre, voire bien-vivre, avec la maladie car il soutient la mise en place des changements nécessaires pour réduire les douleurs notamment.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire l’article que j’ai rédigé pour Le Lab de l’endo : Comment le coaching santé peut aider en cas d’endométriose ?

Homéopathie

Créé en 1796, l’homéopathie repose sur trois principes :

  • le principe de similitude : ce qui déclenche une maladie peut aussi aider à la soigner et à la prévenir. Ainsi, une substance administrée à haute dose provoquant des symptômes chez un individu sain aurait la faculté de guérir ces mêmes symptômes s’ils se présentent chez un individu malade, lorsqu’elle est administrée en petite quantité.
  • Le principe de l’individuation : caractéristiques individuelles sont très importantes puisque chaque individu réagit différemment en fonction de sa constitution
  • Le principe de la dilution infinitésimale : c’est la façon dont est préparée la solution. En diluant les substances toxiques, le principe actif est perdu. La dilution est indispensable car elle permet de s’assurer de l’innocuité du médicament homéopathique.

Pour l’endométriose, l’homéopathie se détermine en fonction du type de douleur, des modalités d’aggravation ou d’amélioration des symptômes (repos, mouvement, chaleur, froid) et de l’état psychologique que la maladie induit chez la femme atteinte de la maladie.

Thérapies manuelles

Acupuncture

L’acupuncture est depuis longtemps utilisée par la médecine traditionnelle chinoise dans le traitement de l’endométriose. En 1996, l’organisation mondiale de la santé a validé les traitements d’acupuncture pour plusieurs problèmes de santé et notamment l’infertilité, le syndrome prémenstruel, les cycles irréguliers, les douleurs menstruelles, etc.

L’acupuncture consiste à stimuler des zones précises de la peau : les « points d’acupuncture » principalement par le biais d’aiguilles, mais d’autres techniques de stimulation peuvent être utilisées : mécaniques, magnétiques, électriques, thermiques, lumineux ou physico-chimiques.

Pour l’endométriose, l’acupuncture agit principalement sur l’intensité de la douleur (étude de 2016 de deux scientifiques suédois (Département de physiologie et de pharmacologie, Karolinska Institute, Stockholm).

L’action de l’acupuncture repose sur le fait qu’elle aiderait à lutter contre les obstacles à la circulation du sang et du Qi (énergie), ce qui permettrait de faire diminuer la douleur.

D’autres raisons sont également évoquées :

  • la croissance du tissu de l’endomètre dépend des œstrogènes, qui sont produits à 90 % par les cellules granulaires et membranaires de l’ovaire. Or, plusieurs études ont montré que l’acupuncture peut supprimer le taux d’œstradiol, ce qui inhiberait la croissance ectopique (hors de sa vraie place) des cellules endométriques et soulagerait donc la douleur
  • par ailleurs, il semblerait que l’endométriose ait aussi un lien avec le système immunitaire. L’acupuncture en promouvant les interactions entre le système des neurotransmissions et le système immunitaire, mettrait en jeu un neurotransmetteur, des endorphines  et les cytokines (régulent l’activité et la fonction des cellules), éléments qui joueraient un rôle dans la diminution de la douleur liée à l’endométriose.

Source : L’acupuncture peut soulager l’endométriose

Mésothérapie

Reposant sur le même principe que l’acupuncture, la mésothérapie s’en différencie uniquement par le fait que praticien pique la zone douloureuse et non le corps en entier.

Chez les femmes atteintes d’endométriose, le thérapeute se concentre sur la région du bassin. Le cerveau sécrète alors des endomorphines, des substances anti-douleur. La seringue utilisée est imbibée de deux produits injectés sous la peau et non dans le sang :

  • un anesthésique local qui agit sur les petits nerfs
  • un myorelaxant musculaire qui détend les muscles et les rend moins douloureux

Ostéopathie

L’ostéopathie est l’art de traiter par les mains les dysfonctions de la micro-mobilité de tous les tissus du corps. Ces dysfonctionnements de la mobilité entrainent toutes sortes de troubles fonctionnels qui peuvent perturber l’état de santé à différents niveaux de l’être.

L’ostéopathie peut aider les femmes atteintes d’endométriose sur les symptômes suivants : 

  • les manifestations digestives (douleurs, ballonnements, colopathie fonctionnelle).
  • les douleurs musculaires et nerveuses qui résultent des crises d endométriose. 

​Pour traiter ces douleurs, l’ostéopathe assouplit les tissus atteints et redonne de la mobilité aux zones concernées.

Ostéopathie gynécologique (appelée aussi intrapelvienne)

Fasciathérapie

Comme l’ostéopathie ou la kinésithérapie, la fasciathérapie fait partie des interventions non médicamenteuses à laquelle chacune de nous peut avoir recours pour faire diminuer les douleurs d’endométriose.

La fasciathérapie est une thérapie manuelle qui mobilise les ressources et les capacités du patient pour faire face à la maladie.

Les fascias sont des tissus qui recouvrent l’ensemble du corps humain. Appelés également tissus conjonctifs ou encore connectifs, les fascias sont des membranes plus ou moins élastiques, capables de se contracter et d’influencer la dynamique musculaire, articulaire, la biologie et l’ensemble du bon fonctionnement de notre corps.

Connectés les uns aux autres, ils forment un réseau complexe reliant le sommet du crâne aux orteils et allant de la superficie de la peau jusqu’à l’intérieur de la cellule. Cette continuité fasciale ou tissulaire aujourd’hui démontrée permet d’expliquer qu’un problème situé dans une partie du corps puisse avoir des répercussions à distance.

Par leur étroite relation avec le système nerveux central, ils participent à l’interconnexion corps/psychisme. Cette voie de communication permet d’expliquer comment les tensions fasciales soient impliquées dans l’anxiété, les réactions émotionnelles et de stress et plus largement dans l’équilibre somato-psychique.

Le traitement de l’endométriose en fasciathérapie est axé sur les symptômes douloureux et l’amélioration de la qualité de vie des patientes.

  • traitement des fibroses et des adhérences
  • levée des tensions ligamentaires
  • lutte contre l’inflammation
  • relance de la circulation sanguine et lympathique dans le bassin pour lutter contre les congestions
  • régulation de l’axe hypothalamo-hypophysaire,
  • équilibration du système endocrinien par une approche crânio-sacrée et une action neuro-vasculaire
  • diminution du stress et de l’anxiété
  • toucher haptique et relationnel qui aide à la diminution de la douleur et de la souffrance

Kinésithérapie

La pratique de la kinésithérapie comporte la promotion de la santé, la prévention, le diagnostic kinésithérapique et le traitement des troubles du mouvement ou de la motricité de la personne et des déficiences ou des altérations des capacités fonctionnelles.

Face à l’endométriose, la kinésithérapie peut agir de manière globale et de manière analytique, en externe et en interne en proposant les techniques suivantes : massages, physiothérapie, mobilisations actives et passives, thérapie manuelle, bio-feedback, rééducation respiratoire, rééducation posturale, ETP.

Le travail abdominal et respiratoire pratiqué par le kinésithérapeute aide la patiente à retrouver une respiration juste, une respiration abdominale pour aider à se détendre, pour gérer sa douleur et agir sur son transit intestinal.

Le travail sur les dyspareunies superficielles mais aussi profondes peut également être fait. La patiente apprend à relâcher son périnée car les antécédents douloureux ont créé une appréhension qui se traduit par une contraction musculaire qui rend la pénétration difficile voire impossible.

La kinésithérapie permet aussi de rendre de la mobilité aux tissus : l’endométriose peut créer des adhérences qui, en limitant la mobilité des tissus, rendent certains mouvements douloureux. Les cicatrices des suites de chirurgies peuvent également entraîner ce type de problèmes.

La kinésithérapie peut aider à remettre le corps en mouvement, à retrouver de la mobilité corporelle, voire à reprendre le sport en douceur. Les mouvements et l’activité physique ont un effet positif sur les douleurs et le bien-être psychique de la femme atteinte d’endométriose.

Micro-kinésithérapie

Développée par les kinésithérapeutes, la microkinésithérapie est basée sur les capacités de tout organisme vivant de se réparer. Tout dérèglement d’un organe ou d’une fonction crée un symptôme. C’est une pratique qui a pour but d’identifier les cicatrices passées du corps causant les douleurs d’aujourd’hui. Et le corps garde en mémoire ces traumatismes passés.

Le thérapeute n’agit pas directement sur ce symptôme, mais va aider le corps du patient à lutter contre le dysfonctionnement.

Pour cela, le microkinésithérapeute suit un protocole de soins en effectuant des micropalpations sur le corps du patient. Le thérapeute perçoit entre ses mains des restrictions particulières qui vont lui permettre d’identifier l’origine du dysfonctionnement : son étiologie ainsi que les étages corporels qui correspondent au symptôme, ce qui lui permet de déclencher le mécanisme réparateur (loi d’immunologie).

J’ai remarqué au cours des coachings avec les femmes que j’accompagne que les douleurs d’endométriose ont toujours été plus ou moins présentes mais qu’il y a un moment où la douleur devient intolérable. Souvent ce moment correspond à un moment particulier dans la vie de la femme concernée. Il est intéressant de s’intéresser à ce moment spécifique.

Chez d’autres femmes, il peut y avoir eu des traumatismes dans la petite enfance ou dans les générations précédentes qui n’ont pas été totalement absorbés par le corps et qui peuvent potentiellement se transformer en symptômes spécifiques.

La microkinésithérapie permet de rétablir le lien entre corps et le cerveau, entre le corporel, le spirituel, l’émotionnel et le mental. La microkinésithérapie peut aider les patientes atteintes d’endométriose en leur permettant de retrouver le traumatisme initial lié au déclenchement des douleurs d’endométriose et ainsi de connecter le corps au cerveau.

Les médecines millénaires

Ayurveda

L’ayurvéda est la médecine traditionnelle indienne, vieille de plus de 5000 ans. L’ayurvéda repose sur la notion d’“équilibre” : équilibre à trouver en soi, avec le monde qui nous entoure, notre travail, nos relations, etc.

Cet équilibre se fonde sur les trois énergies vitales (appelés aussi doshas) qui sont en nous à différents degrés : Pitta (le feu), Kapha (la terre) et Vata (l’air). Ces énergies se trouvent également dans ce qui nous entoure, ce que nous buvons et mangeons ou les soins que nous nous apportons. Ainsi, en privilégiant un aliment plutôt qu’un autre, une huile, une routine, un environnement de travail, on va venir équilibrer nos doshas et ainsi retrouver la santé. La première étape est donc de découvrir notre constitution de base (prakriti) et nos déséquilibres actuels qui bien souvent se sont accumulés au fil du temps.

L’endométriose en ayurvéda serait un problème de stagnation des flux, lié à Kapha. Les différentes actions mises en œuvre viseraient donc à améliorer la circulation des flux dans le corps, et donc à renforcer le dosha Vata dans la direction d’élimination vers le bas du corps.

L’endométriose serait également un trouble lié au dosha Pitta dans le sens où le flux s’épaissit, et que la maladie se manifeste plus particulièrement pendant l’âge Pitta de la femme, entre la vingtaine et la quarantaine. L’utérus, source de l’endomètre, est également un organe lié au dosha Pitta.

Dans tous les cas, la façon de gérer la maladie, et donc d’équilibrer ses doshas, sera différente selon chaque personne. C’est pourquoi je pense qu’il est important de ne pas trop s’aventurer sur ce sujet sans accompagnement adapté et personnalisé.

La médecine traditionnelle chinoise

En médecine traditionnelle chinoise, l’endométriose est causée par une « stagnation de sang » en dehors de l’utérus. Cette stagnation peut provenir d’une stagnation de Qi (d’énergie) à l’intérieur de l’utérus ou d’une accumulation de froid dans l’utérus, faisant stagner le sang.

Du point de vue de la médecine chinoise, cette maladie peut donc avoir plusieurs causes :

  • une atteinte interne par des aliments de nature froide ou des aliments réfrigérés, surtout s’ils sont consommés pendant les périodes menstruelles ou postpartum. Ou alors une atteinte externe par du Vent-Froid. Dans les deux cas, c’est le froid qui fait stagner le sang.
  • l’anxiété, la dépression ou un excès d’activité intellectuelle peuvent perturber le fonctionnement de la rate et créer un vide de sang et une stagnation de sang
  • les colères et le mécontentement peuvent aussi troubler le bon fonctionnement du Foie et faire stagner le Sang.

La médecine traditionnelle chinoise utilise pour traiter cette pathologie trois outils : l’acupuncture, la moxibustion (qui consiste à faire chauffer une plante appelée l’armoise sur des points précis, notamment au niveau du ventre) et la pharmacopée chinoise.

L’acupuncture, associée à la moxibustion améliore la circulation sanguine dans la cavité pelvienne, atténue les adhérences et la fibrose et permet de calmer efficacement les douleurs en libérant la stagnation de Qi et de Sang. Ce traitement est accompagné d’une pharmacopée chinoise afin d’avoir une action à la fois externe et interne.

Où trouver un bon thérapeute ?

Il existe aujourd’hui de plus en plus de réseaux de thérapeutes spécialisé-e-s dans l’endométriose au sein desquels vous pouvez retrouver des experts bienveillants qui pourront vous apporter l’aide dont vous avez besoin. Parmi ces réseaux, on peut citer : AAIME Endo, les associations de patientes comme EndoFrance, EndoMind, FemmesEndo&Co, etc., Resendo à Paris.

Et bien entendu, il est important de mentionner les centres de référence de l’endométriose qui, en plus du corps médical traditionnel, recensent de plus en plus de praticiens de médecine complémentaire. Il existe des centres de référence de l’endométriose dans toutes les villes de France.

close

Envie de mieux vivre avec l'endométriose ? Abonnez-vous à la newsletter !

close
Vous voulez arrêter d'avoir mal ? Vous en avez assez de prendre des médicaments pour faire passer les douleurs ? Les médicaments ne font plus d'effet ?

Téléchargez gratuitement mon guide
"Mes 10 astuces pour apaiser naturellement les douleurs"

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *