Alimentation,  Corps,  douleur,  Sexualité,  Sommeil,  stress

Le CBD : un atout pour l’endométriose

Temps de lecture : 12 minutes

De nombreuses marques de CBD fleurissent actuellement pour proposer leur huile pour aider à dormir, réduire le stress et soulager les douleurs associées aux maladies chroniques comme l’endométriose. En effet, le CBD aurait des propriétés pour soulager les douleurs d’endométriose et améliorer la qualité de vie. De nombreuses études se sont intéressées ou s’intéressent actuellement au potentiel du CBD dans le domaine médical. Il faut savoir que le CBD aurait également des propriétés pour traiter les causes liées au développement de la maladie. Revue des propriétés du CBD (prouvées par des études) et petit guide pour l’utiliser au quotidien.

Le cannabis est utilisé depuis des centaines d’années pour soulager les douleurs. La reine Victoria l’utilisait apparemment pour soulager ses douleurs menstruelles.

Qu’est-ce que le CBD ?

Le CBD est un acronyme utilisé pour désigner le cannabidiol. Comme le THC ((9-tétrahydrocannabinol – la molécule qui fait planer dans le cannabis), le cannabidiol est une substance active – un cannabinoïde – contenue dans le chanvre. Le chanvre contient près de 500 cannabidoides.

A la différence du THC qui est un composant pyscho-actif et stupéfiant qui agit directement sur le système nerveux en affectant le fonctionnement du cerveau (modifications des perceptions, de l’humeur, du comportement), le CBD n’a pas d’effets psychotropes mais il possède des effets psychoactifs qui lui permettent de générer une sensation de soulagement rapide, comme les sédatifs. C’est ce qui explique l’utilisation médicale qui se développe de plus en plus actuellement.

huile cbd pipette

En février 2022, la Commission européenne a enfin officialisé que les extraits de chanvre à teneur négligeable en THC ne tombent pas sous le coup de la Convention unique des Nations unies sur les stupéfiants. Cela permet aux produits contenant du CBD de pouvoir aujourd’hui être commercialisés. Cependant, le CBD fait encore l’objet d’études et d’analyses de la part de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AFSA). Tant que cette agence n’a pas rendu un avis favorable, la Commission peut mettre fin à tout moment à la procédure d’autorisation des différents produits CBD actuellement commercialisés.

La commercialisation des produits à base de CBD (huiles, baumes, compléments alimentaires ou cartouches à vapoter, suppositoires, etc.) n’est autorisée en France que depuis la publication d’un arrêté en date du 31 décembre 2021. Cet arrêté fait suite à une longue bataille juridique et la demande, en novembre 2020, de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) avait ainsi jugé illégale l’interdiction en France du CBD, autorisée dans plusieurs autres pays européens, au nom du principe de libre circulation des marchandises. La justice européenne a estimé qu’il n’avait « aucun effet nocif sur la santé » et ne pouvait être considéré comme un stupéfiant, à la différence de sa molécule jumelle, le THC, que l’on peut trouver sur le marché noir.

Pourquoi le CBD intéresse les chercheurs dans le traitement de l’endométriose ?

Le CBD exogène (pris sous forme de goutte ou appliqué sur la peau) a des effets sur les douleurs d’endométriose. Il permettrait également d’agir sur les mécanismes de développement de la maladie au travers du système endocannabidoide.

Le système endocannabinoïde

Le corps humain produit ses propres cannabinoïdes. Ils sont indispensables au bon fonctionnement du système nerveux.

Le système endocannabidoïde joue un rôle crucial sur notre humeur, notre sommeil et notre mémoire.

Il est composé :

  • des cannabinoïdes produits par le corps lui-même : les cannabinoïdes endogènes ou endocannabinoïdes
  • d’un réseau de récepteurs CB1 et CB2, situés dans presque toutes les cellules du corps humain : principalement au niveau du système nerveux central mais aussi au niveau de tissus périphériques comme le foie, les poumons, la peau ou les muscles.
    • Les récepteurs CB1 se trouvent principalement dans le système nerveux central et périphérique et dans certains tissus et organes périphériques, tels que le testicule, l’utérus, le système immunitaire, l’intestin, la vessie, les cellules de la rétine et les cellules endothéliales (ce sont elles qui génèrent les prostaglandines, ces fameuses hormones inflammatoires qui permettent à l’utérus de se contracter pendant les règles mais qui peuvent aussi générer une partie des douleurs d’endométriose). Ce sont les récepteurs qui sont fortement exprimés dans les régions du cerveau responsables notamment de la modulation de la douleur.
    • Les récepteurs CB2 se trouvent principalement dans les cellules immunitaires. L’une de leurs fonctions dans le système immunitaire est la modulation de la libération des cytokines, qui sont responsables de l’inflammation et de la régulation du système immunitaire.  

L’appareil génital de la femme est la deuxième partie du corps humain qui compte le plus grand nombre de récepteurs cannabinoïdes parmi toutes les parties du corps, après le cerveau.

Les endocannabinoïdes se lient aux récepteurs CB1 et CB2 et les activent pour moduler la libération de médiateurs qui activent à leur tour le système nerveux central et le système immunitaire.

L’endométriose, un trouble de la déficience du système endocannabidoïde ?

En 2017, un article israélien intitulé The clinical significance of endocannabinoids in endometriosis pain management. Cannabis and Cannabinoid Research14  a évalué les études sur l’endométriose et le système endocannabinoïde qui étaient parues jusque-là. Selon eux,le système endocannaiboide s’est avéré être « un facteur important dans le développement et l’entretien de l’endométriose  » ainsi que dans les mécanismes douloureux de la maladie.

Cet article décrit l’endométriose comme un trouble de la déficience en endocannabinoïdes car les femmes atteintes d’endométriose présentent des niveaux plus faibles de récepteurs CB1 dans le tissu endométrial, ce qui entrainerait   la croissance du tissu endométrial et une douleur plus intense.

Dans ce cadre, les différentes études font de la modulation du système endocannabinoïde une bonne stratégie thérapeutique pour lutter contre l’endométriose à la fois sur la douleur et sur la progression de la maladie.

L’intérêt du CBD dans la gestion des douleurs d’endométriose

Le CBD a des propriétés analgésiques (anti-douleurs)

Chez les femmes atteintes d’endométriose, une étude16 menée en 2010 a montré, par des biopsies endométriales, que le canal TRPV1 est particulièrement réactif. Ce canal se trouve dans les membranes de nombreuses cellules et permet aux ions de calcium, de sodium et de magnésium d’entrer dans les cellules. Le canal TRPV (« V » pour vanilloïdes) est nommé ainsi puisque les composés chimiques de la vanille peuvent activer certains de ces canaux. Le CBD interfère avec l’innervation des lésions en empêchant l’activation de ce récepteur : il stimule et désensibilise le récepteur de la douleur TRPV1. Également connu sous le nom de « récepteur capsaïcine », en raison de la capacité d’un composant actif des piments forts de s’y lier et de le stimuler, ce récepteur est un canal important pour détecter divers types de douleur. En le stimulant, le CBD diminue la douleur. Le CBD stimule et désensibilise le TRPV1 et diminue la douleur12.

Les endocannabinoïdes régulent la croissance nerveuse et leurs récepteurs (CB1) sont exprimés sur les nerfs qui innervent les lésions endométriosiques.

Le CBD a des propriétés anti-inflammatoires

Un grand nombre de récepteurs endocannabinoïdes (CB2) du corps humain sont situés sur les macrophages (les cellules tueuses) du système immunitaire. Lorsque ces récepteurs sont activés, ils empêchent les macrophages de libérer des protéines inflammatoires (cytokines).

En activant les récepteurs CB2, le CBD a ainsi une action anti-inflammatoire sans les inconvénients des anti-inflammatoires non stéroïdiens qui sont les médicaments anti-douleurs les plus prescrits pour l’endométriose (AINS type ibuprofène, Advil, etc. qui peuvent générer des effets secondaires gastro-intestinaux car ils inhibent une enzyme régulant le transit). Cette action est particulièrement intéressante dans la mesure où le système immunitaire des femmes atteintes d’endométriose est en alerte permanente et sursollicité générant une inflammation incontrôlée.

L’intérêt du CBD dans le développement et l’évolution de l’endométriose

Selon une étude9 publiée en août 2012 intitulée The molecular connections between the cannabinoid system and endometriosis, même si on sait relativement peu de choses sur le rôle des endocannabinoïdes dans le développement de l’endométriose, il a été récemment démontré que les modulateurs endocannabinoïdes CB1 et CB2 affectent des mécanismes spécifiques essentiels à l’établissement et au maintien de l’endométriose.

Cette même étude  indique que certains agonistes des récepteurs cannabinoïdes pourraient limiter la croissance anormale des tissus et avoir un effet positif sur le contrôle de la douleur.

Le CBD soutiendrait l’apoptose (la destruction des cellules)

Le système endocannabinoïde est impliqué dans l’apoptose et l’arrêt de la croissance cellulaire. L’apoptose est le processus par lequel des cellules déclenchent leur autodestruction en réponse à un signal. C’est l’une des voies possibles de la mort cellulaire, qui est physiologique, génétiquement programmée.

Le corps humain dispose d’outils pour empêcher la croissance de cellules et pour les détruire (apoptose) avant qu’elles ne deviennent un problème. Chez les femmes atteintes d’endométriose, le mécanisme de l’apoptose semble être déficient.

Selon une étude publiée en juin 20178, les endocannabinoïdes augmentent les mécanismes d’apoptose dans l’endométriose et l’adénomyose.

Prendre du CBD et donc augmenter le taux de cannabinoïde dans le corps par voie externe permettrait de soutenir l’organisme dans la destruction des cellules des lésions d’endométriose.

Le CBD aiderait à prévenir la migration cellulaire

Une étude de 2012 a montré que les endocannabinoïdes sont impliqués dans la régulation de la migration cellulaire.

C’est particulièrement intéressant car la migration cellulaire fait partie des mécanismes de développement de l’endométriose.

Une stimulation du GPR18 augmente la migration cellulaire, un facteur clé dans la prolifération de l’endométriose hors de l’utérus. Or le CBD bloque l’activation du récepteur GPR1817 et pourrait donc empêcher les cellules endométriosiques de migrer.

En résumé, les propriétés possibles du CBD pour traiter l’endométriose

Le CBD aurait de nombreuses propriétés intéressantes pour aider à lutter contre l’endométriose :

  • Propriétés antalgiques et anti-inflammatoires :
  • Bloquer la synthèse des prostaglandines inflammatoires
  • Désensibiliser les nerfs qui transmettent la douleur
  • Propriétés sur le développement et la progression de la maladie
  • Arrêter la prolifération cellulaire : l’apoptose (capacité du corps à empêcher la multiplication désordonnée des cellules et à les détruire) semble être altérée chez les femmes atteintes d’endométriose. Le CBD permettrait d’empêcher la multiplication des cellules d’endométriose
  • Empêcher la migration cellulaire : le CBD pourrait empêcher les cellules d’endométriose de migrer et d’aller coloniser d’autres organes
  • Inhiber la vascularisation des lésions (vaisseaux sanguins, angiogénèse)
  • Inhiber l’innervation des lésions (nerfs)
  • Moduler la réponse immunitaire

D’autres études indiquent que le CBD pourrait également avoir des effets sur d’autres symptômes de l’endométriose comme les problèmes digestifs2.

Des études se poursuivent pour déterminer précisément les effets du cannabidiol dans la prise en charge antalgique de l’endométriose avec notamment une étude appelée CannEndo, subventionnée par EndoFrance, et menée à l’hôpital Nord de Marseille par les équipes du Docteur Pierre Castel.

Le projet CannEndo vise à évaluer les effets du CBD dans la prise en charge antalgique des manifestations douloureuses de l’endométriose.

L’étude clinique envisagée porte sur une trentaine de patientes présentant un diagnostic d’endométriose à tout stade. La prise de CBD sera complémentaire des traitements habituels, hormonaux et antalgiques. L’efficacité antalgique du CBD sera évaluée sur l’évolution des scores de douleur et de qualité de vie, en comparant les valeurs habituelles à celles mesurées lors de d’utilisation du CBD. La réduction de la consommation d’autres antalgiques et la persistance dans le temps des effets du CBD seront également évalués au cours de l’étude.

Comment le prendre ?

Il existe de très nombreux produits contenant du CBD : huile, thés, crèmes, suppositoires, etc. Si on considère une classe de produits comme les huiles, chacune d’entre elle est élaborée avec une plante différente et possède des propriétés uniques car elles ont une composition différente (culture de la plante, procédé de fabrication, type d’extraction, concentration, etc.).

Vous trouverez ci-dessous quelques éléments pour vous aider à y voir plus clair pour mieux choisir.

Sous quelle forme galénique ?

Le CBD existe sous différents formats :

  1. de l’huile en compte-goutte pour absorption sub-linguale ou pour assaisonner les salades, etc.
  2. des capsules et des gélule
  3. des thés et des infusions
  4. des topiques CBD, sous forme de baume, pommade ou de lotion pour une application cutanée
  5. des suppositoires vaginaux
  6. des cartouches CBD et un vape pen pour des micro-doses de CBD à effet quasi-immédiat

Comment choisir la marque ?

Il existe un certain nombre de critères à vérifier lorsque vous choisissez votre produit à base de CBD :

  1. La méthode d’extraction de l’huile de CBD : choisir une extraction au CO2 qui permet de protéger les cannabidoides en contrôlant la température et donc assurent la qualité du produit. Les extractions par huile ou par solvant sont moins performantes pour préserver la qualité des produits.
  2. La composition du produit : elle doit clairement être indiquée quand vous achetez le produit et elle doit notamment indiquer le type de molécules présentes dans le flacon (concentration de CBD, CBG, CBC, THC etc.) et leur quantité.
  3. L’origine du chanvre : sur quel sol a-t-elle poussé ? est-elle biologique ? est-elle conforme aux normes européennes ? contient-elle du THC ? a-t-elle poussé en France ou en
  4. vérifier le certificat d’analyse ou d’origine (CAO) d’un produit de CBD avant de l’acheter. Ce document indique les tests qui ont été effectués sur le produit et permet de vérifier les niveaux de CBD et de THC ainsi que la présence de contaminants. Le COA détient également les informations concernant les normes qui ont été respectées pour établir ce produit.
  5. Le type d’huile : il existe deux sortes d’huile de CBD : celle à spectre complet (aussi appelée l’huile de CBD full spectrum) qui utilise toute la plante et tous ses composants et l’isolat de CBD plus pur et donc garanti sans THC (qui ne contient que le CBD et pas les autres composants).
  6. Le bon prix

Afin de préciser tout cela et d’avoir les infos de la part d’un pro, je suis allée interviewer Jordan Janisson, fondateur de Nativus et créateur d’une huile de CBD particulièrement adaptée aux femmes atteintes d’endométriose.

Endholistic : Comment choisir son huile de CBD ? quels sont les critères indispensables à prendre en compte ?

Jordan Janisson : Avec la multitude de produits et de revendeurs il devient de plus en plus difficile de faire son choix. Voici quelques conseils pour choisir une huile de CBD de qualité :

Tout d’abord, sachez que les huiles dites full spectrum sont généralement bien plus efficaces que les huiles à large spectre.

En fait, les huiles full spectrum, pour un même total de cannabinoïdes, contiendront une diversité plus grande (et du THC en quantité infime). Grâce à cette diversité, l’effet ressenti est meilleur que si vous consommiez ces mêmes cannabinoïdes séparément. C’est ce qu’on appelle l’effet d’entourage. Mon premier conseil sera donc de vous tourner si possible vers des huiles à spectre complet.

Comment reconnaître une huile full spectrum de qualité ? Elle a généralement un goût assez fort et amer, et est plus foncée que les huiles à spectre large.

Enfin, si vous voulez aller plus loin, vous pouvez demander l’analyse du produit à votre revendeur et vérifier si l’huile contient des cannabinoïdes sous forme acide (avec « a » à la fin), comme du CBDa, du CBGa, ou encore THCa.

Endholistic : Comment prendre l’huile de CBD pour l’endométriose (nombre de gouttes, quand, pourcentage de CBD dans l’huile, etc.) ?

Jordan Janisson : Pour les douleurs, et à plus forte raison pour les douleurs féminines liées à l’endométriose, nous recommandons des huiles assez fortement concentrée en cannabinoïdes (>15%), et contenant une bonne proportion de CBG. En effet le CBG est réputé pour agir sur la relaxation des tissus et pour renforcer les vertus anti-inflammatoires du CBD.
Vous trouverez dans le commerce des huiles CBD/CBG d’assez bonne qualité.
Ce que je vous recommande, c’est de commencer à consommer un peu d’huile quelques jours avant vos douleurs féminines, par exemple avec une prise le soir, pour commencer à stimuler un peu votre système endocannabinoïde. Dès les premiers signes de douleur, à l’arrivée des règles ou lors de crise liées à l’endométriose, vous pouvez alors consommer de 1 à 5 fois par jour, quelques gouttes.
Chacun ayant sa propre sensibilité, nous recommandons de commencer par de petits dosages. La plupart du temps seulement 2-3 gouttes d’une huile de qualité à 20% suffira à soulager vos douleurs. Attention ! Rien ne sert d’avaler la fiole, allez-y vraiment progressivement sur les dosages, parfois les effets bénéfiques ne se font sentir qu’après plusieurs jours d’utilisation.

Endholistic : Vous avez créé une huile de CBD vraiment différente des autres et qui apporte de vrais plus quand on est atteinte d’endométriose et de douleurs pelviennes. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Jordan Janisson : Dans notre équipe et dans mon entourage proche j’entendais de plus en plus parler de ces douleurs encore méconnues et liées à l’endométriose. En fait, ma soeur et plusieurs collègues se plaignaient de leurs douleurs et de ne pas trouver de solutions… c’est donc tout naturellement qu’elles ont essayé des produits au CBD. 

Notamment les huiles de CBD, qui marchaient assez bien pour soulager les douleurs lors de leurs crises. 
Et de fil en aiguille, et comme nous aimons toutes les plantes et pas seulement le cannabis, nous avons décidé de développer une huile CBD spécialement prévue pour traiter ce type de douleurs. Et c’est donc naturellement que Laura, notre naturopathe, nous proposa plusieurs formulations de CBD macérées aux plantes médicinales, afin d’améliorer encore l’efficacité des huiles et les effets du CBD.

Ainsi naquit la cure Héra : Huile CBD full spectrum macérée aux roses de damas, feuilles de framboisier et achillée millefeuille. 

Trois plantes réputées pour calmer les spasmes et contractions, détendre les tissus, améliorer la cicatrisation et de manière générale, réduire les inflammations. 

Ce complexe aux plantes médicinales et riche en principes actif végétaux s’avère redoutablement efficace pour soulager les douleurs féminines, et améliore considérablement les effets de nos huiles CBD !

Sources :

  1. Armour M, Sinclair J, Chalmers KJ, Smith CA. Self-management strategies amongst Australian women with endometriosis: a national online survey. BMC Complement Altern Med. 2019 Jan 15;19(1):17. doi: 10.1186/s12906-019-2431-x. PMID: 30646891; PMCID: PMC6332532.
  2. Sinclair J, Collett L, Abbott J, Pate DW, Sarris J, Armour M. Effects of cannabis ingestion on endometriosis-associated pelvic pain and related symptoms. PLoS One. 2021 Oct 26;16(10):e0258940. doi: 10.1371/journal.pone.0258940. PMID: 34699540; PMCID: PMC8547625.
  3. Liang AL, Gingher EL, Coleman JS. Medical Cannabis for Gynecologic Pain Conditions: A Systematic Review. Obstet Gynecol. 2022 Feb 1;139(2):287-296. doi: 10.1097/AOG.0000000000004656. PMID: 35104069.
  4. Mistry M, Simpson P, Morris E, Fritz AK, Karavadra B, Lennox C, Prosser-Snelling E. Cannabidiol for the Management of Endometriosis and Chronic Pelvic Pain. J Minim Invasive Gynecol. 2022 Feb;29(2):169-176. doi: 10.1016/j.jmig.2021.11.017. Epub 2021 Nov 25. PMID: 34839061.
  5. Carrubba AR, Ebbert JO, Spaulding AC, DeStephano D, DeStephano CC. Use of Cannabis for Self-Management of Chronic Pelvic Pain. J Womens Health (Larchmt). 2021 Sep;30(9):1344-1351. doi: 10.1089/jwh.2020.8737. Epub 2020 Nov 16. PMID: 33252316.
  6. Bouaziz J, Bar On A, Seidman DS, Soriano D. The Clinical Significance of Endocannabinoids in Endometriosis Pain Management. Cannabis Cannabinoid Res. 2017 Apr 1;2(1):72-80. doi: 10.1089/can.2016.0035. PMID: 28861506; PMCID: PMC5436335.
  7. Andrieu T, Chicca A, Pellegata D, Bersinger NA, Imboden S, Nirgianakis K, Gertsch J, Mueller MD. Association of endocannabinoids with pain in endometriosis. Pain. 2022 Jan 1;163(1):193-203. doi: 10.1097/j.pain.0000000000002333. PMID: 34001768; PMCID: PMC8675052.
  8. Bilgic E, Guzel E, Kose S, Aydin MC, Karaismailoglu E, Akar I, Usubutun A, Korkusuz P. Endocannabinoids modulate apoptosis in endometriosis and adenomyosis. Acta Histochem. 2017 Jun;119(5):523-532. doi: 10.1016/j.acthis.2017.05.005. Epub 2017 May 23. PMID: 28549792.
  9. Sanchez AM, Vigano P, Mugione A, Panina-Bordignon P, Candiani M. The molecular connections between the cannabinoid system and endometriosis. Mol Hum Reprod. 2012 Dec;18(12):563-71. doi: 10.1093/molehr/gas037. Epub 2012 Aug 24. PMID: 22923487.
  10. Tanaka K, Mayne L, Khalil A, Baartz D, Eriksson L, Mortlock SA, Montgomery G, McKinnon B, Amoako AA. The role of the endocannabinoid system in aetiopathogenesis of endometriosis: A potential therapeutic target. Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol. 2020 Jan;244:87-94. doi: 10.1016/j.ejogrb.2019.11.012. Epub 2019 Nov 15. PMID: 31785471.
  11. McHugh D, Page J, Dunn E, Bradshaw HB. Δ(9) -Tetrahydrocannabinol and N-arachidonyl glycine are full agonists at GPR18 receptors and induce migration in human endometrial HEC-1B cells. Br J Pharmacol. 2012 Apr;165(8):2414-24. doi: 10.1111/j.1476-5381.2011.01497.x. PMID: 21595653; PMCID: PMC3423258.
  12. Premkumar, L. S., & Sikand, P. (2008). TRPV1: a target for next generation analgesics. Current neuropharmacology, 6(2), 151-163.  
  13. Sanchez AM, Vigano P, Mugione A, Panina-Bordignon P, Candiani M. The molecular connections between the cannabinoid system and endometriosis. Mol Hum Reprod. 2012 Dec;18(12):563-71. doi: 10.1093/molehr/gas037. Epub 2012 Aug 24. PMID: 22923487.
  14. Bouaziz J, Bar On A, Seidman DS, Soriano D. The clinical significance of endocannabinoids in endometriosis pain management. Cannabis and Cannabinoid Research 2:1, 2017, 72–80, DOI: 10.1089/can.2016.0035.
  15. Premkumar, L. S., & Sikand, P. (2008). TRPV1: a target for next generation analgesics. Current neuropharmacology, 6(2), 151-163.
  16. Rocha, M. G., Silva, J. C. R. E., Ribeiro da Silva, A., Candido Dos Reis, F. J., Nogueira, A. A., & Poli-Neto, O. B. (2011). TRPV1 expression on peritoneal endometriosis foci is associated with chronic pelvic pain. Reproductive Sciences, 18(6), 511-515.
  17. Russo, E. B. (2011). Taming THC: potential cannabis synergy and phytocannabinoid‐terpenoid entourage effects. British journal of pharmacology, 163(7), 1344-1364.
  18. Cannabidiol and Management of Endometriosis Pain – Full Text View – ClinicalTrials.gov

Cet article a été écrit en partenariat avec Nativus.

Envie de mieux vivre avec l’endométriose ? Abonnez-vous à la newsletter !

close

Envie de mieux vivre avec l'endométriose ? Abonnez-vous à la newsletter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.