Programme « Le pouvoir de l’acceptation »

Un accompagnement de 12 semaines pour accepter l’endométriose et développer les forces qui amélioreront votre qualité de vie au quotidien

Et si l’acceptation de l’endométriose

vous permettait de vivre en paix avec la maladie ?

Aujourd’hui, face à l’endométriose/l’adénomyose, de quelle attitude vous sentez-vous le plus proche : 

  1. Je suis en colère, je n’accepte pas l’idée d’être malade. 
  2. J’ai peur de l’avenir, je ne sais pas comment la maladie va évoluer. 
  3. Je suis triste, je me sens incapable de réaliser mes projets.  
  4. J’accepte la maladie et je fais tout ce que je peux pour mieux vivre au quotidien. 

Pourquoi je vous parle d’acceptation de la maladie alors que notre préoccupation première avec l’endométriose serait de soulager les symptômes au quotidien et de revivre comme avant ? 

En fait, de nombreuses études ont montré que l’amélioration de la qualité de vie au quotidien avec une maladie chronique repose avant tout sur l’acceptation de la maladie en elle-même. (Grassion L. et al, avril 2019). 

Ainsi le niveau d’acceptation de la maladie est un indicateur du fonctionnement et un prédicteur de la qualité de vie. Plus l’acceptation de la maladie est grande, moins il y a d’inconfort mental et d’émotions négatives sévères (1). Et plus l’acceptation est grande, plus nous sommes capables de mobiliser différentes ressources et de mettre en place des actions pour agir sur les symptômes et retrouver le bien-être et la sérénité.  

D’ailleurs, les femmes atteintes d’endométriose qui utilisent des stratégies d’adaptation positives souffrent moins de dépression, de stress et de douleurs pelviennes (2).  

« L’adversité n’est pas l’ennemie à abattre. Comme en art martial, l’adversaire est là pour me faire contacter mes propres forces afin de tenir bon et de la garder à la juste distance. »
Annick de Souzenelle 

Mais cette acceptation est relativement complexe, et parfois même très difficile, car s’y mêlent les dimensions physiologiques (mon corps est douloureux en permanence, il me rappelle que je suis malade et je NE PEUX PAS vivre dans cet état), psychologiques (j’ai toujours eu mal j’ai du mal à imager et accepter qu’on puisse ne plus avoir mal), relationnelles (mon entourage me traite de fainéante ou me dit que je pourrais faire un effort que ce ne sont que des règles douloureuses), sociales et culturelles (dans son ensemble, la société voit d’un mauvais œil les personnes malades chroniques et ce d’autant plus quand c’est une maladie qui touche la sphère intime)… Ainsi différents facteurs peuvent jouer sur notre degré d’acceptation de la maladie : la date du diagnostic, l’attitude des proches – famille ou amis (soutenante ou moralisatrice), une situation professionnelle ou financière (stable et épanouissante ou dégradée), la compréhension de la pathologie (facile ou difficile), le degré de sévérité de la maladie, les symptômes ressentis et leur impact sur la vie quotidienne. 

La maladie nous met chacune de nous au défi de nous réinventer. De devenir « autrement la même » c’est-à-dire de continuer notre vie tout en étant plus vraiment la même, tout en ne pouvant plus tout à fait faire les mêmes choses, tout en ne nous reconnaissant plus.

Ce sentiment est particulièrement étrange et relativement inexplicable pour les personnes qui n’ont pas reçu ce fameux diagnostic de maladie chronique. Il y a un deuil de la vie d’avant à faire. Et ce deuil peut être très difficile à surmonter. Il s’accompagne de petits et surtout de grands changements, de pertes et de frustrations.

Mais nous avons toutes déjà éprouvé des situations de perte et de frustration. Et nous avons réussi à trouver en nous les ressources nécessaires pour nous adapter et aller de l’avant. C’est comme le petit enfant qui devient autonome et doit faire le deuil d’une relation avec ses parents qui s’occupaient jusqu’alors de tout pour lui. Cette perte lui permet de gagner d’autres choses, de grandir, d’évoluer. À chaque fois qu’une personne éprouve une perte dans sa vie, elle doit s’adapter. Avec la maladie c’est pareil ! 

Mais on peut tout de même avoir besoin d’un coup de pouce pour réussir à accepter cette nouvelle situation et arriver à en tirer le meilleur parti. 

C’est ce que je vous propose dans le programme “La puissance de l’acceptation”. Travailler sur les différents facteurs qui vous empêchent d’avancer dans l’acceptation de la maladie et développer vos forces pour améliorer votre qualité de vie ! 

« Quand tout semble être contre vous, souvenez-vous que l’avion décolle face au vent, et non avec lui. »
Henri Ford

Pourquoi un programme sur l’acceptation de l’endométriose ?

“Le pouvoir de l’acceptation” c’est le programme que j’aurais aimé avoir à différents moments de mon chemin avec l’endométriose : 

  • Au moment où j’ai reçu le diagnostic : je me suis retrouvée dans une grande détresse à la fois seule et perdue en me disant que ma vie était fichue 
  • Dans les mois qui ont suivi le diagnostic où j’étais en colère face à l’injustice d’être atteinte d’endométriose 
  • A chaque fois que j’ai pu être triste que ma vie ait autant changé avec la maladie et que je ne puisse plus vivre comme les autres 
  • Dès que je peux avoir peur de la maladie, de ses conséquences sur mon quotidien amoureux, professionnel, familial, amical… tant de sphères sont impactées par l’endométriose. 

J’ai créé ce programme parce que :

  • je me suis aperçue que je ne suis pas la seule à traverser ces émotions et cette difficulté d’acceptation de la maladie dans ma vie 
  • Je sais qu’il existe des ressources pour accroître sa résilience, son empowerment et son estime de soi, compétences socles de l’acceptation de la maladie chronique : je suis convaincue que ces compétences sont déjà en chacune de nous et qu’elles ne demandent qu’à éclore grâce à un peu d’aide 
  • J’ai eu la chance de trouver dans mon parcours d’autres femmes qui ont su rebondir et grandir face à l’adversité que constitue la maladie chronique, elles m’ont servi de guide, de modèle et cela m’a été d’une aide inouïe pour trouver mon propre chemin.

Aujourd’hui, j’ai complètement accepté l’endométriose dans mon quotidien et tout ce que la maladie a pu changer à ma vie – en mal mais aussi en bien (parce que oui oui ça peut paraître fou mais en acceptant l’endométriose on peut découvrir des trésors cachés sous la maladie). 

Et je me rends compte que l’acceptation de la maladie dans ma vie me permet d’avoir plus de pouvoir sur mon état de santé et sur la manière dont je maîtrise l’endométriose. 

A ton tour si tu le veux bien : je te propose de faire une pause dans ta lecture et de prendre deux ou trois minutes pour fermer les yeux : 

  • Réponds à la question suivante : quelles sont les forces que tu as déjà mobilisées avec l’endométriose ? 
  • Ensuite visualise la situation suivante : imagine que tu aies pu renforcer ton estime de toi, ta résilience et ton empowerment avec l’endométriose : comment te sentirais-tu face à la maladie ? 

Alors partante ?

Que contient le programme « La puissance de l’acceptation » ?

L’idée de ce programme est de vous aider à accepter la maladie en développant trois forces principales : l’estime de soi, la résilience et l’empowerment. Ces trois qualités sont mises à rude épreuve avec la maladie chronique.

Trois forces essentielles à développer

La résilience peut être considérée comme un processus dynamique impliquant l’adaptation positive dans le cadre d’une adversité significative. Cette adaptation permet de retrouver son équilibre et de poursuivre son chemin. 

L’estime de soi est la conscience de sa valeur personnelle dans différents domaines. C’est un ensemble d’attitudes et de croyances qui permet de faire face au monde. 

L’empowerment est un « processus qui confère aux individus le moyen d’exercer un plus grand contrôle sur leur propre santé ». Il renvoie au fait de renforcer le pouvoir de chacun en agissant sur soi-même (par le développement de ses capacités individuelles), mais également sur son environnement à différentes échelles, dans le but d’améliorer sa santé et son bien-être.

Dans « La puissance de l’acceptation », vous allez développer ces forces grâce à une approche mêlant des exercices d’auto-coaching, du mentoring avec des expertes lors de lives et des échanges avec d’autres femmes qui sont dans le même parcours. 

Ces atouts constituent des facteurs de protection très intéressants face à la vulnérabilité que la maladie chronique peut impliquer et vont vous aider dans ce travail d’acceptation de la maladie chronique.  

Ils vous permettront également de restaurer votre pouvoir d’agir avec la maladie : agir sur soi-même, agir sur sa relation avec les autres, agir sur son environnement, personnel ou professionnel. 

LA MALADIE NE DOIT PLUS DECIDER DE VOTRE QUOTIDIEN.  

Nous allons travailler ensemble à ce que ce ne soit plus la maladie qui vous maîtrise mais que ce soit vous qui maîtrisiez la maladie.  

« La souffrance n’est pas uniquement définie par la douleur physique, ni même par la douleur mentale, mais par la diminution, voire la destruction de la capacité d’agir, du pouvoir-faire, ressentie comme une atteinte à l’intégrité de soi. » 
Paul Ricoeur

Pour qui est le programme « La puissance de l’acceptation » ?

  • Vous venez d’être diagnostiquée ou vous avez diagnostiquée il y a longtemps et…
    … vous voyez l’endométriose comme une catastrophe dans votre vie et vous vous dites “pourquoi moi ?” “Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ?”
    … vous êtes en colère contre la maladie et ce qu’elle vous fait vivre au quotidien ?
    … vous êtes dans le déni face à la maladie et vous vous dites que de toute façon qu’importe ce que vous ferez, ca n’y changera rien ?
    … vous vous sentez résignée face à toutes les conséquences de cette maladie sur votre vie et les embûches qu’elle met sur votre chemin ? 
    … vous aimeriez retourner en arrière avant le diagnostic, voire avant l’apparition des symptômes ? 
    Vous avez envie d’arrêter de lutter contre l’endométriose, de faire l’autruche face à la maladie et tout simplement d’accepter d’être malade ? 
  • Vous ne vous reconnaissez plus. Vous ne vous sentez plus reconnue. Vous ne vous appartenez plus. Vous n’êtes plus la même. 
  • Vous avez envie d’arrêter de lutter contre l’endométriose, de faire l’autruche face à la maladie et tout simplement d’accepter d’être malade ? 
  • Vous êtes fatiguée d’avoir peur, d’être triste et/ou en colère face à ce qui vous arrive ? 
  • Vous avez besoin de comprendre qui vous êtes désormais et comment votre vie peut continuer malgré la maladie chronique ?  
  • Vous avez besoin d’être tirée vers le haut dans les périodes difficiles à vivre avec la maladie ? 
  • Vous voulez développer votre résilience face aux imprévus de la vie avec l’endométriose ? 
  • Vous avez besoin d’être au contact de personnes qui ont su rebondir et grandir face à l’adversité pour vous aider à développer votre résilience ?
  • Vous voulez trouver votre recette pour transformer la vulnérabilité de la maladie chronique en une force ? 
  • Vous avez besoin d’être épaulée et écoutée par des professionnels qui vont vous transmettre des outils et des stratégies pour mieux vivre avec l’endométriose dans votre vie affective et sexuelle, familiale, sociale et professionnelle ? 
  • Vous avez envie de développer votre empowerment pour pouvoir choisir, décider, agir, contrôler et tout simplement exister dans la gestion de votre santé. 
  • Vous voulez vous libérer du poids de la culpabilité et vous sentir légitime dans vos besoins au quotidien (repos, alimentation, etc.) et ne plus avoir besoin de vous expliquer ou de faire semblant avec vos proches. 
  • Vous savez que l’acceptation de la maladie est un tremplin pour prendre le dessus sur l’endométriose et sur les symptômes que vous ressentez au quotidien. 
  • Vous avez envie de comprendre ce qui vous empêche à la fois d’avancer sur ce chemin d’acceptation et de passer à l’action pour mieux vivre au quotidien ? 
  • Vous avez besoin du soutien d’autres femmes qui sont aussi sur ce chemin d’acceptation et de résilience avec l’endométriose ? Vous souhaitez partager votre cheminement avec d’autres femmes qui sont en train de vivre la même chose que vous ? 
  • Vous aimeriez être conseillée par des pros pour mieux vivre avec l’endométriose dans les différentes sphères de ta vie quotidienne (vie de couple, vie sexuelle, vie de famille, vie professionnelle, vie amicale et sociale) ? 

Alors vous êtes au bon endroit !

Qui suis-je et pourquoi je peux vous aider ?

Je suis Bertille Flory, patiente experte et coach santé et bien-être. 

Patiente experte cela veut dire que je suis moi-même atteinte d’endométriose et que, depuis le diagnostic (en 2016 lors d’une grossesse extra-utérine, endométriose profonde, digestive, ovarienne et infertilité avancée), j’ai développé des connaissances et des compétences ainsi des savoir-faire et des savoir-être autour de la maladie qui me permettent d’accompagner les femmes dans leur vécu avec la maladie. Cela veut aussi dire que je me suis formée à l’éducation thérapeutique (40h certifiantes et DU à la faculté de médecine de la Sorbonne). J’ai également une certification en coaching santé et bien-être. 

Depuis 2020, j’accompagne les femmes à prendre le dessus sur l’endométriose grâce à des connaissances théoriques sur la maladie, des outils pratiques et surtout des compétences psycho-sociales (avoir conscience de soi, développer son estime de soi, prendre des décisions constructives, avoir conscience de ses émotions et de son stress, réguler ses émotions, gérer son stress, communiquer de façon constructive, développer des relations constructives, et résoudre des difficultés). Ces compétences psycho-sociales permettent de renforcer notre pouvoir d’agir (empowerment), de maintenir un état de bien-être physique et psychique. 

Jour après jour depuis 2016, j’ai travaillé et développé ces compétences pour moi dans mon parcours avec l’endométriose. 

Ce sont ces compétences qui m’ont permis de ne pas me laisser envahir trop durablement par la tristesse, la peur et la colère contre la maladie et qui me permettent d’être aujourd’hui en paix avec l’endométriose. 

Ce sont ces compétences qui me permettent de choisir, et de maintenir le cap, que je souhaite dans mon parcours avec la maladie avec les médecins qui me suivent (traitement ou pas, chirurgie ou pas, etc.). 

Ce sont ces compétences qui m’ont permis de renforcer mon empowerment sur ma santé. 

Ce sont ces compétences qui m’ont permis de prendre le dessus sur l’endométriose en m’autorisant à développer mes connaissances et mettre en place les outils qui me permettent aujourd’hui de vivre sans douleurs, d’avoir trois enfants et de voir mes lésions régresser. 

Ces compétences étaient déjà à l’intérieur de moi. Je me suis simplement fait accompagner pour les développer et les renforcer. Grâce à mon parcours et aux formations que j’ai suivies, je vous propose de les développer à votre tour. 

Joignez-vous à moi. 

Sources :

(1) L. Grassion, F. Le Guillou, A. Izadifar, D. Piperno, C. Raherison-Semjen, Facteurs associés à une mauvaise acceptation de la maladie chez les patients BPCO, Revue des Maladies Respiratoires, Volume 36, Issue 4, 2019, Pages 461-467, ISSN 0761-8425 
(2) Donatti L, Ramos DG, Andres MP, Passman LJ, Podgaec S. Patients with endometriosis using positive coping strategies have less depression, stress and pelvic pain. Einstein (Sao Paulo). 2017;15(1):65-70. doi: 10.1590/S1679-45082017AO3911. PMID: 28444092; PMCID: PMC5433310.

close

Envie de mieux vivre avec l'endométriose ? Abonnez-vous à la newsletter !

close
Vous voulez arrêter d'avoir mal ? Vous en avez assez de prendre des médicaments pour faire passer les douleurs ? Les médicaments ne font plus d'effet ?

Téléchargez gratuitement mon guide
"Mes 10 astuces pour apaiser naturellement les douleurs"