Coeur,  Corps,  douleur,  émotions,  Esprit,  positivité

Pourquoi participer à un cercle de femmes dédié à l’endométriose ?

Temps de lecture : 6 minutes

Pour moi, la parole fait partie des outils qui m’ont aidé sur le chemin de guérison de l’endométriose. Cette médecine de la parole peut s’exercer avec un thérapeute mais elle est, pour moi, encore plus féconde au sein d’un cercle de femmes dédié à la maladie. Explications.

Un principe inspiré des « tentes rouges »

Les tentes rouges sont des groupes de parole de femmes inspirées des cérémonies d’initiation ou de célébration du mystère du féminin, pour des rituels de passage d’un âge à l’autre, de lunes, de saisons, etc.

Lors de ces groupes de paroles, les femmes racontent leurs histoires dans un espace intime d’échange sans contrainte, dans un espace de transmission, de soutien, de bienveillance, de douceur…

Aujourd’hui, les cercles de femmes se développent et certains se spécialisent sur des thématiques précises de la vie de la femme : grossesse, ménopause, etc.

Moi je consacre un cercle de femmes à l’endométriose.

Quels sont les bienfaits des cercles de femmes ?

Les cercles stimulent l’authenticité et la confiance. On y trouve une vraie profondeur psychologique et ils sont source de croissance pour les femmes qui y participent. Ils sont un lieu de sagesse et de prise de conscience.

Dans les cercles les femmes se soutiennent et se découvrent en parlant :

  • elles s’écoutent, elles s’assistent, elles se servent d’exemple
  • elles réagissent, elles approfondissent, elles se renvoient les choses
  • elles rient, elles pleurent, elles font leur deuil
  • elles partagent leurs expériences et s’inspirent de celles des autres

Dans les cercles, les femmes s’offrent un soutien mutuel et cela permet au cercle de devenir un véritable espace de guérison. C’est ce que je souhaite vous offrir dans l’espace que je vous propose.

Et aujourd’hui, que puis-je attendre d’un cercle de femmes dédié à l’endométriose ?

Dans un cercle de femmes, il se passe deux choses principales : s’exprimer et écouter l’autre.

Ces deux actions possèdent des capacités magiques et sont un vecteur puissant de guérison profonde de l’endométriose.

Prendre du temps pour soi 

Au quotidien chacune de nous donne beaucoup, nous faisons souvent passer les autres avant nous-mêmes. Participer à un cercle c’est s’arrêter, prendre du temps pour soi et pour prendre soin de soi, c’est aussi apprendre à recevoir. Durant le cercle, nous n’avons plus besoin de faire, d’assurer, de gérer. Nous pouvons nous ouvrir et recevoir.

Ecouter ce qui se passe en soi

Ecouter ce qui se passe en soi quand une autre femme partage son vécu et son expérience avec la maladie peut susciter des prises de conscience, des émotions, la découverte d’informations. Souvent cela résonne profondément en nous et le fait de ne pas pouvoir répondre où donner son avis amène à mieux écouter.

Ecouter c’est s’oublier quelques instants. C’est mettre son mental, ses réactions et ses envie de donner des conseils sur pause.

C’est certainement pour cela que ces espaces sont si bénéfiques. Le temps du cercle, hormis les minutes où je prends la parole, ma petite identité peut disparaitre totalement, alors je me contente de sentir le vécu des autres.

Quand nous nous mettons à l’écoute, nous écoutons avec nos oreilles mais également avec notre cœur et nos tripes, avec notre imaginaire et tout notre vécu (nos expériences, nos traumatismes, nos associations d’idées, de bruits et d’odeurs, etc.).

Camille Sfez dit à ce sujet dans son billet de blog dédié aux cercles de femme et au pouvoir de la parole : « Il y a des résonances, des echos formulés et d’autres indicibles qui viennent créer des ricochets sur tous les angles de notre peau. A chaque bosse, à chaque aspérité, il y a l’autre qui vient dire moi aussi, celui qui sème en nous une image, une sensation, celle qui éclaire une zone sombre de ce que nous avons formulé. ».

Bénéficier d’une attention bienveillante

Etre entendue, être comprise, être reconnue car votre parole est partagée avec des femmes qui ont la même maladie que vous, qui vivent des choses similaires aux vôtres dans le quotidien :

  • douleurs invalidantes,
  • fatigue chronique,
  • difficultés lors des rapports sexuels,
  • infertilité
  • rendez-vous et examens médicaux,
  • prise de médicaments.

Notre vie et notre vécu méritent d’être entendus, déployés dans leur subtilité, dans la finesse de nos contradictions. Même si notre manière de vivre les choses est différente, les histoires de chacune avec l’endométriose se font écho et révèlent toutes les facettes du féminin.

Avoir un espace

Avoir un espace de sécurité où s’exprimer, s’ouvrir et déposer sa vulnérabilité, ses doutes, ses émotions, ses questionnements, ce qui nous encombre.

Au sein du cercle, on peut partager :

  • la colère lors du diagnostic,
  • la révolte contre la souffrance permanente,
  • la frustration associée à la fatigue,
  • la tristesse et l’incompréhension associée à l’infertilité,
  • le « pourquoi moi ? »,
  • la culpabilité d’être malade,
  • le découragement face à cette maladie incurable,
  • la vulnérabilité parce que les médecins nous laissent penser qu’ils sont les seuls maîtres à bord,
  • la confusion par rapport aux multiples traitement différents proposés,
  • l’isolement dans ce parcours du combattant.

Cet espace est aussi un espace d’échange pour se sentir libre d’être qui l’on est avec ses forces et ses faiblesses, avec sa confiance et ses doutes, ses expériences et ses aspirations, ses désirs de se comprendre au travers du partage.

Le mental a besoin de quelque chose de plus grand que lui pour lâcher et accéder à ce qui est au fond, à ce qui fait mal, à ce qui est gardé enfermé, secret, … Les tensions et les émotions peuvent alors se libérer et c’est là que la magie opère.

Panser les blessures de son féminin 

Partager entre femmes permet une meilleure connaissance et acceptation de notre profonde nature cyclique, de laquelle nous nous sommes souvent beaucoup éloignées.

Dans les expériences partagées avec d’autres femmes qui vivent dans un corps douloureux, fatigué, qui ne nous permet pas de donner la vie, on se rapproche de nous-même en tant que femme, de notre féminin profond, de la nature, de la lune et de ses cycles.

Et on peut déposer des difficultés, les blessures en lien avec la femme magnifique que nous sommes. Déposer nos douleurs dans le cercle, c’est un premier pas vers l’acceptation de tout ce par quoi nous avons dû passer pour grandir (femmes blessées dans leur sexe, femmes blessées dans leur intégrité, certaines presque détruites, d’autres qui se sont complètement refermées).

La parole parler peut favoriser la guérison : une parole vraie a beaucoup d’impact tant sur celle qui la formule que celle qui la reçoit. Nous venons nous rapprocher de notre âme.

S’engager envers soi-même et envers les autres

S’engager envers soi-même et envers les autres sur quelque chose en particulier. En cela, c’est thérapeutique.

Mon expérience des cercles de femmes comme outil sur le parcours de guérison de l’endométriose

Pour moi, la parole fait partie des outils qui m’ont aidé sur le chemin de guérison de l’endométriose.

J’ai participé à de nombreux cercles de femmes dans lesquels j’ai peu à peu avancé :

  • sur ma vision de la maladie et de mon corps
  • sur mes croyances en lien avec la féminité, les règles, la maternité, etc.
  • sur la douceur que je m’apporte et le temps que je consacre à mes besoins.

S’exprimer

Dans ces cercles de femmes, j’ai pu déposer en confiance et dans la bienveillance ce qui me pesait, partager mes blessures et mes émotions (colère du pourquoi pas moi, tristesse de l’infertilité, découragement face à l’attitude médicale, culpabilité d’entretenir la maladie) et recevoir un soutien incroyable des autres femmes.

Ecouter

Dans ces cercles de femmes, j’ai également pu me mettre vraiment à l’écoute des autres, en m’oubliant quelques instants, en mettant mon mental et mes réactions sur pause. Et cela m’a apporté des bienfaits aussi profonds, si ce n’est plus profonds, que de prendre la parole. J’ai laissé ces mots résonner en moi, je les ai laissé faire écho avec mon vécu et m’enseigner la route à suivre pour moi.

Dans ces cercles de femmes, je me suis aussi et surtout engagée envers moi-même et envers les autres sur ce chemin de guérison. Je me suis engagée à mettre tout en œuvre pour aller mieux parce que je le mérite.

Parce que, pour moi, cette expérience a été fondamentale dans mon parcours de guérison avec l’endométriose, j’ai décidé d’ouvrir la possibilité de découvrir cette médecine de la parole à d’autres femmes atteintes d’endométriose.

Je te parle en vidéo de mon expérience avec les cercles de femmes et de leurs bienfaits ici.

Je t’invite à aller consulter régulièrement mon agenda pour voir les prochaines dates des cercles que j’organise.

Tu peux t’inscrire de deux manières :

N’hésite pas à me contacter par mail ou par téléphone si tu veux plus de renseignements.

close

Envie de mieux vivre avec l'endométriose ? Abonnez-vous à la newsletter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.